top of page

KOUKOU Editions exclu du SILA !

Communiqué de presse

 

Les cagoulards de la censure ont encore frappé ! Le commissariat du Salon international du livre d'Alger (SILA) nous a notifié, par courrier électronique, l'exclusion de KOUKOU Editions de la manifestation prévue du 25 octobre au 4 novembre 2023. Motif invoqué : "dépassements constatés dans les publications contraires au règlement du SILA et que vous exposez sur votre stand", sans plus de précisions.

Depuis notre première participation à ce salon, en 2011, les seuls "dépassements" constatés sur notre stand ont été largement relatés par la presse :

En 2016 : notre stand a été saccagé durant la nuit précédant l'inauguration officielle, et des cartons de livres ont été dérobés. Après avoir constaté les dégâts, le Commissaire du Sila a présenté ses excuses et dédommagé KOUKOU Editions.

En 2018 : des individus se présentant comme "membres de la commission de lecture" ont tenté de saisir deux ouvrages ; sans décision de justice ni notification écrite, nous nous sommes opposés à ce coup de force en invoquant la loi, qui réserve le pouvoir de censure à la seule autorité judiciaire.

En 2022 : agissant sur "ordres supérieurs", un officier des douanes (?!) accompagné de plusieurs agents nous a notifié - verbalement - l'interdiction de 12 ouvrages, dont la plupart étaient pourtant exposés au SILA et vendus en librairie depuis plusieurs années. Par souci d'apaisement, nous avons accepté de retirer ces ouvrages du stand, en attendant une notification écrite, que l'officier s'était engagé à demander "aux responsables concernés". Après quatre jours d'attente, et n'ayant reçu aucun document officiel, nous avons décidé de remettre les livres litigieux sur le stand, et dénoncer par voie de presse ce qui s'apparente à une opération clandestine.

Pour cette année, les censeurs de l'ombre n'ont pas fait dans le détail. Un fonctionnaire du ministère de la Culture nous a informé que la décision d'exclure KOUKOU Editions émanait de la "Commission de lecture" chargée de contrôler les ouvrages proposés au public. Si la composition de cette commission relève du secret d'Etat, son triste palmarès est déjà très lourd. Assurés de l'impunité que confère l'anonymat, ses membres ont fini par révéler les éructations idéologiques qui ont motivé leurs pitoyables Fatwas. Des livres universellement controversés ont bénéficié d'une troublante tolérance ; comme "Mein Kampf" d'Adolf Hitler et les "Mémoires de Mussolini" publiés par un éditeur égyptien en langue arabe, qui occupent une place privilégiée au SILA depuis 2016.

Oscillant entre le sinistre et le grotesque, cette police de l'esprit avait interdit, en 2017, une biographie de Malcolm X, le leader noir américain pour les droits civiques, au motif qu'il s'agirait… d'un "livre pornographique" !

Alors que des auteurs salafistes qui prêchent l'intolérance, le racisme, la misogynie et la haine sont célébrés comme des références idéologiques à promouvoir, alors que des monstres du XXe siècle, coupables de crimes contre l'humanité, sont érigés en modèles de la pensée et de l'action politiques, des dizaines d'auteurs algériens parmi les plus respectés (écrivains, professeurs des universités, chercheurs, avocats, médecins, journalistes…) sont arbitrairement bannis du Sila. Dans ce climat d'inquisition, les forces liberticides qui ont investi l'appareil d'Etat à la faveur de la contre-révolution qui a brisé l'élan démocratique du Hirak ne s'encombrent plus de respect, même formel, de la légalité. Pourtant, l'article 54 de la Constitution est clair : "L'activité des publications ne peut être interdite qu'en vertu d'une décision de justice". En excluant KOUKOU Editions du SILA, et en interdisant ses livres en violation des procédures légales, les cagoulards du ministère de la Culture ont piétiné la loi fondamentale et usurpé les prérogatives de l'autorité judiciaire. 

Face à ces dérives récurrentes, la responsabilité du gouvernement est engagée : faire respecter la légalité en rappelant à l'ordre ses agents hors-la-loi, ou assumer l'opprobre que leurs fantasmes idéologiques ne manqueront d'engendrer.

Parce-que l'arbitraire se nourrit du silence résigné de ses victimes, nous sommes déterminés à user de tous les moyens légaux pour faire valoir nos droits d'éditeur et protéger nos libertés de citoyen.

 

Alger, le 23 OCTOBRE 2023

Arezki AIT-LARBI

 Directeur de KOUKOU Editions.

Tel : + 213 661 50 69 22

Site web : www. koukou-editions.com

 Facebook : https://www.facebook.com/koukou.editions

Rechercher
  • Photo du rédacteurArezki Ait-Larbi

Sila : 12 livres de KOUKOU Editions interdits



L'arbitraire a encore frappé ! Au 2e jour du Sila, des douaniers se sont présentés au Stand de KOUKOU Editions pour nous notifier - verbalement - l'interdiction d'une douzaine de livres, dont la plupart ont été publiés avant 2021, vendus en librairie depuis des années, et exposés lors des précédents Sila (voir liste en annexe).

Nous avons demandé à l'officier des douanes chargé d'exécuter la sentence de nous remettre une décision écrite pour nous permettre de faire valoir nos droits devant les juridictions compétentes. S'il a accepté de nous montrer la liste officielle des ouvrages blacklistés par la Commission interministérielle de censure, il a refusé toutefois de nous en donner une copie au motif que cela ne relevait pas de ses prérogatives, mais qu'il allait transmettre notre requête aux autorités concernées.

Dans l'attente d'une notification écrite, préalable à une procédure judiciaire, et par souci d'apaisement, nous avons décidé de retirer les livres interdits, en attendant de trouver une issue légale à cette provocation.

Dès le lendemain, une violente campagne de diffamation et d'injures était lancée contre KOUKOU Editions à travers les réseau sociaux.

Cinq jours après cette opération, nous n'avons reçu aucune notification écrite de l'interdiction. L'article 54 de la Constitution est pourtant clair : "L'activité (…) des publications ne peut être interdite qu'en vertu d'une décision de justice".

Voila pour les faits.

Que peut-on en conclure ?

Si cette brusque agression contre le livre et les libertés académiques n'obéit à aucune logique qui pourrait lui donner du sens à défaut de conformité aux lois de la république, elle révèle le bricolage idéologique qui l'a motivée. Des livres universellement controversés ont bénéficié d'une troublante tolérance : Mein Kampf d'Adolphe Hitler et les Mémoires de Mussolini d'un éditeur égyptien sont en vente libre depuis le Sila de 2016.

Le tragique vire parfois au burlesque. La Commission de censure avait, lors du Sila de 2017, décidé d'interdire une biographie du révolutionnaire noir américain Malcolm X, au motif qu'il s'agirait d'un livre pour adultes libidineux !

A l'inculture des censeurs de l'ombre qui décident du sort d'un livre sur la base des seuls titres et des images de couverture, s'ajoute la lâcheté des bureaucrates, qui ont usurpé les prérogatives du magistrat en se défaussent sur les douaniers pour ne pas avoir à assumer les conséquences de leur forfaiture.

Parce que l'arbitraire se nourrit du silence de ses victimes, parce que le respect des lois de la république s'impose d'abord à ceux qui ont la charge de la faire respecter, nous refusons de nous soumettre aux injonctions illégales des censeurs clandestins, en embuscade permanente contre les libertés.

Il appartient à chacun d'assumer ses responsabilités dans le strict respect des lois de la république.

En attendant de voir la justice reprendre ses droits, nous avons décidé d'assumer les nôtres en exposant de nouveau les livres outragés dès ce jeudi 31 mars à 14 heures, dans le stand de KOUKOU Editions (Pavillon central, N° D38).


Alger, le 30 mars 2022

Arezki AIT LARBI

Directeur de KOUKOU Editions.


Liste des livres interdits avec année de publication

- Algérie, la seconde révolution (Sanhadja AKROUF et P. FARBIAZ, 2021)

- Blouse blanche…décennie noire (Abdallah AGGOUNE, 2020)

- Libertés, dignité, algérianité, Mohamed MEBTOUL (2019)

- Algérie, citoyenneté impossible ? (Mohamed MEBTOUL, 2018)

- Les derniers jours de Muhammed (Hela OUARDI, 2018)

- Démoctature (Mokrane AIT- LARBI, 2018, en arabe)

- Les Califes maudits (Hela OUARDI, 2019)

- Les femmes du prophète (Houria ABDELAOUAHED, 2019)

- L'affaire Khider (Tarik KHIDER, 2017)

- FFS contre dictature (Abdelhafidh YAHA, 2014)

- Les soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident (Djemila BENHABIB, 2013)

- Ma vie à contre-Coran (Djemila BENHABIB, 2011)

- AVRIL 80 le Printemps berbère (Ouvrage collectif, 2010)




339 vues0 commentaire

Comments


bottom of page