UA-50550742-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les livres de KOUKOU  disponibles en France 

  A Paris    

Librairie "La Maronite" : 37, rue des Maronites, 75020; Métro : Menilmontant.

   En province     

Contacter le libraire qui se charge des expéditions :

Tel: 01 77 18 82 25

Courriel: librairielamaronite@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre: Appelez-moi colonel!

Auteur: Achour BOUOUNI

Le témoignage authentique d’un homme qui, pour avoir refusé de se faire complice d’un pillage organisé et dénoncé l’anarchie et la prédation dans l’entreprise qui l’emploie, connaîtra l’enfer.

" Il fait froid dans ma cellule. Tout est noir. Je reste là, prostré dans l'obscurité. Isolé du monde. Un an plus tôt je croyais avoir touché le fond. Mais non : le pire était à venir. Le pire est là. Dans cette cellule noire du DRS où je cogite, seul. Que va-t-il m'arriver? Nous sommes dans l'Algérie de 2006 et j'ai peur. J'ai peur de ne plus jamais revoir mes enfants. Les hommes qui m'interrogent m'ont fait savoir que j'allais être traduit devant le tribunal militaire avec la gravissime accusation d'atteinte à la sûreté de l'Etat, pas moins ! Je rumine une révolte froide contre ces hommes capables d'ainsi détourner la puissance de l'Etat pour martyriser des innocents qui les dérangent dans leurs rapines.

De la cellule voisine, la voix de l'homme continue de me parvenir. Il psalmodie machinalement, d'un ton monocorde, quelques versets du Coran. Je l'écoute pendant un long moment. Soudain, il se met à chanter n'importe quoi.

Et si je devenais fou ?

J'ai peur de ce qu'ils peuvent faire. Je suis entre les griffes du DRS. Je prends ma tête entre mes mains. Qui va m'entendre ? Quel État va me protéger ?

Je suis seul contre la mafia."